Protection des données:
En utilisant ce site Web, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris l'utilisation de cookies.
x

75 ans d'édition musicale Emil Ruh

De la note festive 1908 - 1983

écrit par Theophil Hug

historique

A Adliswil, une banlieue de Zurich dans la vallée de la Sihl, Emil Ruh marche dans les rues de l Orchester d'occarines avec ses frères Albert et Gottfried et quelques camarades, en tant que jeune homme. Dans la chorale de trombones de la communauté méthodiste, le jeune mélomane joue avec enthousiasme sur divers instruments. Bientôt, il fut élu chef d'orchestre de l'ensemble et aussi chef du chœur mixte de cette église libre. C'est à cette époque qu'ont lieu ses premières tentatives de composition. Après son apprentissage de typographe et son travail de compositeur de notation musicale - à l'époque encore en composition - son désir de se consacrer entièrement à la musique et de diriger sa propre maison d'édition devint de plus en plus clair.

1908

Emil Ruh fonde sa maison d'édition musicale à l'âge de vingt-quatre ans, principalement avec la publication de ses propres compositions. Dans l'appartement loué de la Grundstrasse à Adliswil, une pièce est à la fois un atelier et un magasin de musique. Son audace face au mariage qui a suivi en 1909 était sans doute plus forte que la question de savoir si un éditeur de musique pouvait aussi soutenir une famille. Les débuts ont été encourageants. En plus de leurs propres éditions, les clients ont rapidement eu la possibilité d'acheter des œuvres d'autres éditeurs. Les premiers contacts avec l'étranger sont établis. Après l'agrandissement de la famille en 1910 par la naissance de la première fille, l'appartement s'est vite avéré trop exigu pour vivre et faire des affaires.

1913

L'achat de l'immeuble d'habitation et commercial construit en 1900 à la Zürichstrasse 33 à Adliswil, un bâtiment en briques brutes dans le "style" unique de l'époque, fut un coup de chance et prouve rétrospectivement la sage prévoyance du jeune éditeur.

La maison offrait les locaux commerciaux et résidentiels nécessaires, ce qui a permis à la première d'obtenir la "suprématie" au fil des ans. L'intérieur a été adapté plusieurs fois aux exigences et mis à jour ; deux fois la façade a été rénovée. La maison voisine Sihlquai 28a, acquise en 1959, offrait la possibilité d'y accueillir ultérieurement une partie des locaux commerciaux.

1914-1918

Emil Ruh se joint à l'équipe au début de la Première Guerre mondiale et est capitaine de la compagnie d'étappe 1/105 pendant plusieurs mois. C'est à cette époque qu'a été créée sa "Schweizerischer Etappenmarsch", dédiée à son commandant Hptm Schorno (d'où son surnom de "Marche de Sehoma"). La première édition imprimée est parue au début de 1915.

Cette composition fut rapidement adoptée par toute l'armée, de sorte qu'elle peut être considérée comme la marche militaire suisse de l'époque. Mais aussi le corps de la musique civile en Suisse et à l'étranger a joué et joue encore cette marche, qui est devenue entre-temps "historique". Le temps de guerre, cependant, n'était guère propice à la prospérité de la maison d'édition, et c'était l'épouse du soldat en service qui devait souvent supporter tout le fardeau de l'œuvre.

Les années qui ont suivi la fin de la guerre ont entraîné une expansion progressive des activités d'édition. En plus de ses propres compositions, de plus en plus d'œuvres d'autres compositeurs ont été publiées. Les éditions RUH ont été produites (jusqu'en 1943) presque sans exception dans l'excellente et traditionnelle gravure et impression d'une grande entreprise graphique de Leipzig. La création d'un centre de distribution de commissionnaires chez Mme Hofmeister, Leipzig, le centre allemand du livre et de la musique, visait à élargir la base des ventes. Les autres services à la clientèle - médiation de la fourniture de musique et de la vente d'instruments, en particulier d'harmoniums - ont également fait l'objet d'un suivi intensif. La nécessité d'une meilleure répartition de la charge de travail croissante s'est rapidement imposée.

1922-1927

L'entrée de Gustav A. Walser d'Ebnat SG en qualité de copropriétaire et la création d'une société en nom collectif "Ruh und Walser" ont donné à l'entreprise une nouvelle structure juridique. Cette période de cinq ans a été caractérisée par une expansion très forte et presque trop prudente des activités d'édition. Les années trente difficiles qui ont suivi n'ont pas porté les fruits escomptés. Le propriétaire Emil Ruh, qui était à nouveau le seul propriétaire depuis 1927, s'est donc retrouvé avec un lourd fardeau.

1930

Theophil Hug, fils d'une grande famille Adliswil, entre dans l'entreprise en tant qu'employé et, malgré des moyens modestes, les enfants apprennent à chanter et à faire de la musique dès leur plus jeune âge.

1933

La même année, Theophil Hug, marié à Elisabeth Ruh, est nommé Prokuriste. Les années de la crise économique générale ont également été pour la maison d'édition EMIL RUH une lutte pour la survie, qui a nécessité le plein engagement de toutes les forces.

1939

le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Theophil Hug-Ruh rejoint le service actif en tant qu'assistant Fourier d'une unité médicale des troupes du Saint-Gothard et doit souvent rester en dehors des affaires pendant des mois. La famille et 1 à 2 employés s'occupent de la suite du travail. L'activité ordonnée des chœurs et du corps de musique, principaux clients de la maison d'édition, s'est arrêtée pendant les années de guerre en raison de l'absence des hommes ou n'a pu être maintenue que difficilement avec des pièces de répertoire.

Il fallait de grands efforts pour survivre dans l'industrie de la musique, qui, dans les temps difficiles, n'était généralement pas considérée comme essentielle à la vie. La carte de membre suivante de la Reichsmusikkammer montre à quel point il était difficile, par exemple, de travailler comme éditeur en Allemagne à l'époque, sans quoi une activité y était impossible.

1943

Leipzig est en grande partie détruite par les bombardements. Pour la maison d'édition RUH, toutes les plaques d'impression originales pesant quelques tonnes sont perdues à l'imprimerie et les stocks plus importants chez le commissionnaire.

1945

Après la défaite finale des puissances de l'Axe et l'armistice, tous les efforts ont été consacrés à la reconstruction. En Suisse, épargnée par la guerre, il s'est sans doute trouvé plus léger qu'ailleurs. Heureusement, dans notre pays, il y avait de nouvelles possibilités pour la production et le remplacement des fonds perdus en raison de l'émergence de nouveaux procédés de composition, de reproduction et d'impression des notes de musique.

Avec le retour des soldats, la vie musicale de la ville et de la campagne a rapidement recommencé à bouger.

1946

Au printemps, la famille et la maison d'édition sont durement touchées par le décès inattendu du fondateur Emil Ruh après une courte et grave maladie à 62 ans.

Malheureusement, l'infatigable créateur et combattant n'a plus été autorisé à profiter des fruits de son travail et à faire l'expérience du développement de son entreprise.

Dès le début, il était clair que la maison d'édition devait être reprise par la famille sous l'ancienne société EMIL RUH dans l'esprit de son fondateur. Le gendre et ancien signataire autorisé Theophil Hug a dû reprendre la direction. La crise économique généralement attendue des années d'après-guerre ne s'est heureusement pas matérialisée. Au contraire, une reprise insoupçonnée et soutenue a eu lieu, qui a également affecté la vie musicale et donné un nouvel élan à l'industrie de la musique. La crainte que la reproduction mécanique de la musique par le biais des disques, de la radio et plus tard de la télévision n'ait une influence négative sur les soins musicaux "actifs" dans les secteurs privé et public était sans fondement. On pourrait même assister à un regain d'intérêt musical de la part des médias auprès d'une grande partie de la population.

En conséquence, EMIL RUH a connu une expansion constante : de nouveaux ouvrages sont apparus, d'anciens liens avec des éditeurs étrangers ont été renforcés et de nombreux nouveaux ont été ajoutés.

1948

Introduction du propre logo de l'entreprise.

Les autres années sont caractérisées par une saine croissance dans tous les domaines d'activité. Le nombre d'employés doit être augmenté en conséquence.

1958

Viktor Hug, fils du directeur général, rejoint l'entreprise.

1959

Dans le cadre du partage du domaine, Theophil Hug-Ruh reprend l'entreprise en tant que propriétaire unique. En même temps, une procuration est accordée à son épouse collaboratrice Elisabeth Hug-Ruh.

1962

Mise en place d'un régime de retraite d'entreprise.

1967

Viktor Hug, qui s'est familiarisé avec toutes les tâches de production, de vente et d'administration, reçoit une procuration.

Grâce à la libéralisation du commerce et à la facilitation des échanges musicaux d'un pays à l'autre, mais aussi grâce à la vie musicale et à la vie de concert de la Suisse en particulier, le volume d'affaires de la Maison du RUH est en constante augmentation.

1976

Au début de l'année, Theophil Hug-Ruh dirige l'entreprise vers son fils et employé de longue date Viktor Hug-Rudolph. Le nouveau propriétaire donne simultanément procuration à sa femme Nanny Hug-Rudolph et à son père, qui ne travaille que sur une base réduite.

En raison de l'évolution positive continue au cours des années suivantes, le nombre d'employés est augmenté en fonction des besoins.

1983

La maison d'édition EMIL RUH a 75 ans.

En même temps, le propriétaire actuel de la troisième génération, Viktor Hug, peut célébrer son 25e anniversaire, une autre raison d'être reconnaissant et d'espérer une continuité gratifiante.

Theophil Hug (1983)

Mit kostenlosen JTL-Plugins von CMO.de